Le marc de café au jardin

Il y a toutes sortes d’utilisations du marc de café au jardin, en voici quelques-unes!

1. Répulsif anti-limaces et escargots

Déposé au sol autours des cultures, le marc de café est un bon anti-limace; lorsqu’elles rampent dessus elles n’aiment pas les petits grains et évitent la zone! 🐌

2. Acidifie le sol

Ajouté à la terre, le marc de café acidifie le sol ce qui est excellent pour certaines plantes 🌱❤️

3. Engrais!

Mixé avec des coquilles d’oeufs qui apportent phosphore et calcium, le marc de café devient un excellent engrais azoté. À utiliser particulierement pour les légumes feuilles comme choux, salades ou epinards 🌿

4. Aère une terre argileuse

Mélangé simplement à la terre, le marc de café l’aère. C’est donc idéal pour préparer la plantation de legumes racines, notemment carottes, betteraves, panais… Bonus: il tient éloignée la mouche de la carotte! 🥕

5. Au compost

Le marc de café enrichit le compost, surtout pour une future utilisation au moment de la germination et du repiquage des tomates, épinards, haricots… en effet, il offre une bonne barrière aux champignons et bacteries qui attaquent ces légumes (mildiou… 🍄🍄)

⚠️ ATTENTION toutes les plantes n’affectionnent pas forcément le marc de café, il parait que les géraniums ou encore la moutarde se portent très bien sans!

Pas de poison dans la maison
Le Potager et le Compost
Zero-waste projects
Bien dans son corps

Mentions Légales

CGU

Confidentialité

Contact

S’abonner

© Aurélie Bregeon

Bougie maison: Recycler son huile de cuisson

Aujourd’hui, je vais dévoiler ma recette de bougie anti-moustiques désodorisante qui recycle de la vieille huile de cuisson!

C’est génial parce qu’on sait jamais quoi en faire de sa vieille huile de cuisson: ça se composte pas, ça bouche les canalisations… Ici j’ai utilisé de la vieille graisse d’oie.

Il faut:

– ce que tu as comme vieux reste d’huile/graisse

– 80% du poids de l’huile en cire (d’abeille par exemple)

– du marc de café bien sur!

– de la ficelle ou mèche à bougie (la ficelle doit étre en coton ou fibres naturelles!)

– un bocal (ici je recycle un petit pot!)

Méthode:

  1. Faire fondre la cire et l’huile au bain marie.
  2. Si comme moi tu n’as pas de mèche à bougie, tremper la ficelle dans la préparation fondue.
  3. Déposer la ficelle au fond du pot en verre, un bout doit être placé au centre. Verser quelques gouttes de préparation sur ce bout afin de le faire bien tenir.
  4. Pendant que la mêche sèche, ajouter le marc de café à la préparation en mélangeant.
  5. Faire tenir la ficelle bien droite une fois qu’elle est collée au fond, avec une pince à linge par exemple (j’etais à court, j’ai utilisé un peigne #mcgyver)
  6. Verser la préparation au marc de café dans le pot, recouvrir d’un peu de marc de café.
  7. Une fois refroidie, la bougie est prête à être utilisée!

En plus d’être un diy recyclage, le marc de café lorsqu’il brule est un excellent désodorisant 👃🏻

De plus, il fait fuir les moustiques 🦟

[Petit conseil d’utilisation pour de la simple ficelle au lieu d’une mêche à bougie, il se peut qu’il faille régulièrement tailler la mêche!]

Et toi, tu recycles comment ton huile de cuisson?

Pas de poison dans la maison
Le Potager et le Compost
Zero-waste projects
Bien dans son corps

Mentions Légales

CGU

Confidentialité

Contact

S’abonner

© Aurélie Bregeon

Les clés d’un bon compost

Un bon compost quand il est prêt à l’emploi, est brun foncé presque noir et sent l’humus. S’il peut rester quelques “morceaux”, ceux-ci ne sont pas identifiables et grosso modo l’aspect doit ressembler à du terreau.

Atteindre cette perfection demande un peu de temps, l’aide de quelques auxiliaires de jardin et un peu de discipline, mais rien de compliqué!

Je vais vous parler ici d’une des manières-nombreuses-de faire son compost chez soi.

1. Où placer son bac?

Tout d’abord il est bon d’avoir 3 bacs et un seau, et non un seul bac:

  • Le seau servira pour tous les jours, à stocker les déchets ménagers à composter. Il devra être vidé régulièrement (au moins une fois par semaine)
  • Un bac pour stocker la matière brune, peu présente dans les déchets ménagers et pourtant indispensable au compost (Pour l’instant chez moi c’est un simple tas…)
  • Un bac pour le compost “en cours” – celui auxquel on ajoute de la matière régulièrement
  • Un dernier bac pour le compost qui mature et sera bientôt prêt à être utilisé

Il faut placer ces bacs à l’ombre, et s’assurer qu’ils disposent d’un couvercle non hermétique, pour les protéger d’une sécheresse trop intense et de la pluie qui détremperait le compost.

Les bacs ne doivent pas être hermétiquement fermés au dessous: le compost a besoin de respirer, et vous avez besoin de laisser passer les auxiliaires jardiniers! J’ai mis un grillage pour les miens.

2. L’apport de compost

Tous les matériaux biodégradables sont compostables. En revanche, mieux vaut éviter les déchets carnés pour ne pas trop avoir de nuisibles.

Il y a selon moi 3 règles d’or à suivre:

  • La règle des 2/3 – 1/3 à chaque apport de compost, on doit apporter 2/3 de matière azotée ou matière verte, pour 1/3 de matière brune. On verra dans le prochain paragraphe qui se classifie où. Donc pour chaque apport d’un seau à compost de déchets ménagers (à dominante azotée à priori), on doit ajouter un demi seau de matière brune provenant du bac à matière brune.
  • La règle de la Mouille le compost doit toujours être humide – mais non détrempé. En cas de sécheresse ou d’un nouvel apport très sec, il ne faut pas hésiter à arroser un peu le compost
  • La règle du MIXITUP! À chaque apport de déchets (ou si ceux-ci sont trop espacés, chaque semaine au moins), il faut mélanger tout le compost du bac “en cours” et en profiter pour mélanger un peu celui du bac “mature” de temps en temps. On peut pour cela utiliser une fourche ou une tarrière, même les mains si on veut 💩 mais c’est important de le faire

3. Les types de déchets et comment les préparer

On distingue 3 types de déchets.

  1. Ceux qui sont équilibrés, n’entrent pas dans le calcul des 2/3 – 1/3 quand ils sont ajoutés au bac à compost “en cours”. Il s’agit par exemple:
    • marc de café, sachet ou feuilles de thé
    • plantes, herbes sèches
    • fumier
  2. les déchets azotés, qui viennent généralement de la cuisine mais pas seulement. Pensez a y ajouter la moitié de matière brune en les incorporant, et à les couper en morceaux pour un compostage plus rapide:
    • épluchures
    • tonte ou feuilles fraiches
    • légumes moisis (on n’espère pas trop souvent!)
    • restes de nourriture végétarienne
  3. la matière brune, à dominance carbone, que l’on ajoute à la matière verte vous l’aurez compris
    • copaux, sciure ou broyat de bois
    • feuilles mortes ou branchages coupés petit
    • paille
    • carton, papier

4. Comment se fait le compost et quand s’en servir?

Les auxiliaires jardiniers dont on parlait plus haut sont les vers de terre, vers blancs, musaraignes, insectes en tous genres types cloportes, etc. Il est important de les laisser habiter dans votre compost, bien qu’il soit tentant de virer les gros vers blanc “un peu gluants, mais appétissants”, par exemple.

Ce sont eux qui transforment les éléments qu’on leur apporte en compost, pour peu qu’on leur fasse des petits morceaux 😜

Avant utilisation, il faut s’assurer que dans le bac “mature”, ça sent le sous bois, il n’y a plus de gros morceaux, plus de pelure identifiable et que la matière a une belle consistance bien tendre et homogène.

Si ces conditions sont réunies, lorsque le bac “en cours” est plein, on vide le bac “mature” au jardin et on échange les rôles entre ces deux derniers: le bac “en cours” devient plein de compost qui mature et l’autre devient “en cours”.

Alors, ça vous dit de composter vous aussi?

Pas de poison dans la maison
Le Potager et le Compost
Zero-waste projects
Bien dans son corps

Mentions Légales

CGU

Confidentialité

Contact

S’abonner

© Aurélie Bregeon

Coudre sa garde-robe capsule

Hello!

Celà fait un certain temps maintenant que j’ai adopté une garde robe minimaliste, et le temps passant, les pièces s’abiment et doivent petit à petit être replacées.

J’ai voulu faire les boutiques, vraiment. Je suis allée dans des magasins, et là le souvenir de la campagne d’art magnifique menée par Igor Dobrowolski à Varsovie m’est revenue et j’ai eu envie d’aller vomir.

Alors j’ai commencé à chercher les sites « éthiques » et puis c’était relou, il fallait commander par internet, il y avait pas toujours les modèles que je cherchais et comment savoir si ça m’allait? Tout naturellement, l’idée a germé: Lily, prend ta machine à coudre.

À ce jour, j’ai déterminé les patrons qu’il me faudra réaliser pour quasiment toutes mes pièces (youpi!!) et j’en ai déjà cousu 2 – sur 37, je sais c’est pas énorme.

Quelques conseils de ma part si vous voulez débuter dans la confection de votre capsule wardrobe:

  • Démarrez déjà, sans même penser à la couture, par créer sur le papier votre garde-robe. Quelles pièces vous faut-il? Utilisez en premier lieu ce que vous avez déjà. Pas de panique, les pièces vont s’abimer croyez-moi.
  • Ensuite, éliminez le reste de votre dressing: vendez (sur Vinted par exemple), faites des tawashis et des torchons avec les pièces abimées, donnez, recyclez. Je vous conseille tout de même une mise au grenier pendant quelques mois, afins d’être sûr.e.s qu’aucune pièce ne vous manquera.
  • Confectionnez les pièces manquantes. Ça vous donnera une idée de la dose de travail nécessaire. Peut-être voudrez-vous quand même acheter certaines pièces (personnellement il ne me viendrait pas à l’idée de faire moi-même mes chaussures, j’ai donc cherché une marque étique et ça me va très bien comme ça!)
  • Au fur et à mesure qu’une pièce s’abime, cherchez un patron chouette, commandez votre tissus (bio, c’est plus sympa) et à vos machines!

Vous vous êtes aussi lancé.e.s dans la couture de votre garde-robe? Quels sont vos conseils?

Pas de poison dans la maison
Le Potager et le Compost
Zero-waste projects
Bien dans son corps

Mentions Légales

CGU

Confidentialité

Contact

S’abonner

© Aurélie Bregeon

Ma garde-robe minimaliste

Marre de ne pas savoir quoi mettre et finalement ressembler à un sac? Marre de ne pas avoir de style? Marre de ne pas trop savoir quoi choisir dans les boutiques? Marre de toutes ces fringues inutiles qu’on ne met jamais?

Voilà une super solution, durable, qui simplifie la vie et évite beaucoup de gaspillage: la garde-robe capsule.

Garde-robe capsule
Credit: Henry&Co

Concrètement, combien de pièces choisir, et surtout comment faire? Pour le savoir, remontons a la genèse de la capsule wardrobe. Le thème date des années 70 et a été entendu de la bouche de Susie Faux, une propriétaire de boutique londonienne, désignant un ensemble réduit de pièces qui ne se démodent pas et pouvant s’enrichir d’autres pièces saisonnières. Popularisé par Donna Karan, designer américaine, en 1985, comme une ensemble de 7 pièces pouvant construire un maximum de tenues; le terme est très actuel dans le mouvement du Simple Living, insufflé par Gandhi dans les années 40, et du Minimalisme.

Dans son livre « The Curated Closet », l’auteure berlinoise Annuschka Rees propose une version moderne de la garde-robe minimaliste, composée d’entre 30 et 40 pièces maximum. Incluant chemises, tshirts ou tops, jupes et robes pour les femmes, pantalons, manteaux et chaussures. On exclue les affaires de sports, les pyjamas, les sous-vêtements et les habits moches pour faire des travaux.

De plus en plus conscients de notre impact écologique, la tendance est en effet d’opérer une décroissance dans nos vie en terme de biens matériaux. Pour que ceci soit vrai, il faut évidemment respecter plusieurs règles:

  • Les pièces doivent aller (quasiment toutes) ensemble pour que l’on puisse créer un maximum de tenues sans avoir à faire une machine par jour. Il s’agit donc d’accorder la couleur  et le style en fonction de ce qui nous va, et de notre morphologie.
  • Privilégiez les pièces de qualité. Comme vous allez en avoir peu, vous allez faire des économies. profitez-en pour regarder la provenance des matériaux et en privilégier une qualité optimale en fonction de votre budget. Ainsi, vous en changerez moins souvent. A chaque fois que j’achète un vêtement, je pense à ce petit gamin les pieds dans la teinture, alors qu’il devrait-être à l’école: la plupart des marque ne donnent AUCUNE garantie sur l’exploitation des enfants, le travail forcé, le retraitement des déchets toxiques, les tests sur les animaux etc… vous achetez peu, alors achetez mieux: ne financez pas ces exploitants.

Exemple

Après avoir trouvé mes couleurs et mon style, voici donc la liste avec laquelle je me retrouve :

  • On peut compter 2 paires d’escarpins (une beige et une noire), une paire de baskets, une paire de Derbies plates bleues, une paire de low boots noires, une de bottes (bleues marine) et deux paires de ballerines, ce qui donne déjà 8 pièces.
  • Deux jupes : une noire droite et une bleue, que je peux mettre aussi bien en journée, soirée ou au travail selon les accessoires. Etant petite, je les aie prises courtes. On est à 10 pièces.
  • 3 robes : deux pour la journée, soirée ou le travail selon les accessoires, et une plus été. Adaptées à ma taille et mon âge, elles sont plutôt courtes. On est à 13 pièces.
  • 2 vestes de mi-saison, cintrées pour marquer ma taille, l’une vert foncée et l’autre blanche. Et deux manteaux, l’un très chaud bleu foncé et l’autre « entre deux », noir. 17 pièces.
  • 9 tops dont 4 chemises. J’ai choisi deux blanches, une bleu-clair et une vert-canard fluide : avec ma morphologie, il est préférable de cintrer à la taille pour la mettre en valeur. A celles-ci s’ajoutent 5 tops dont deux t-shirts basiques ajustés, un noir et un blanc ; et trois tops qui me plaisent et me mettent en valeur : avec ma morphologie, j’ai le droit aux cols V, ronds et bénitiers; j’aime beaucoup les cols ronds et j’ai donc décidé d’en faire mon style avec ces trois tops. 26.
  • 2 gilets, un blanc et un noir. Pour aller avec ma morphologie, comme je suis petite, je les ai pris jusqu’aux bas des hanches, pas plus longs. Ils peuvent être portés sur chacun de mes tops en terme de forme du col. 28.
  • 3 vestes de blazer : une noire, une blanche, une bleue marine. 31.
  • 2 jeans que j’ai pris moulants et droits pour aller avec ma morphologie et ma petite taille, afin d’allonger mes jambes. Un pantalon plutôt classe pour le travail gris et un pantalon de tailleur coupe cigarette (noir). 35.
  • 2 pulls, un léger noir que l’on peut aussi mettre sous un blazer, et un plus chaud à col roulé, bleu. 37.

A vous!

Il y a peu, j’ai décidé de coudre ma garde robe capsule… pour ceux que ça intéresse, l’article est ici!


Mentions Légales

CGU

Confidentialité

Contact

S’abonner

© Aurélie Bregeon

Comment déterminer mes couleurs et mon style ?

Les couleurs

Une fois que vous avez les bases des associations de couleurs et de contrastes, attaquons-nous à l’application concrète.

Pour déterminer la couleur et le style qui vous correspondent, commencez par vous regarder – avez-vous : Le teint plutôt très clair à clair ou mat voire de couleur ? Les cheveux clairs ou foncés ? Les yeux noirs à bruns ou plutôt de couleur claire ? Si la forme et la couleur de vos yeux vous plait : voulez-vous les faire ressortir ?

1. S’il y a peu de contraste entre la couleur de votre peau, de vos yeux et de vos cheveux, choisissez une couleur de vêtements à accorder avec votre teint ou vos yeux. Les autres couleurs utilisées seront soit dérivées de cette couleur, soit en complémentaire (mais alors par petites touches).

2. Les pastels sont plus recommandés aux peaux clairs/cheveux clairs et les couleurs vives aux peaux foncées/cheveux foncés.

3. On accorde plutôt les bijoux avec la couleur de la peau, même si cette règle n’est évidemment pas universelle et dépend des goûts : les argentés iront très bien avec les peaux claires tandis que les dorés se marient bien avec les peaux mates. Un bijou argenté peut aussi venir contraster une peau mate et ainsi mettre la zone ou l’objet en valeur. Par exemple, pour une femme, des boucles d’oreilles tombantes argentées sur une peau noire pour accentuer la finesse du cou.

4. Maquillage: on n’accorde PAS le fard a paupières avec la couleur des vêtements – il ne viendrait a l’idée de personne d’assortir son fard a joue a ses vêtements: on le choisis en fonction de sa carnation. Pour les yeux c’est pareil: on choisit son fard a paupière en fonction de la couleur des yeux, c’est a dire dans la palette de couleurs complémentaires.La fameuse règle des 3 couleurs s’applique toujours : n’ayez pas plus de 3 couleurs de vêtements différentes sur vous au risque de passer pour un clown.

Pour faire ressortir vos yeux, vous pouvez les maquiller en misant sur un camaïeux de couleur à l’opposé du cercle chromatique: piochez dans les couleurs complémentaires. Pour les yeux verts chanceux, vous pouvez choisir soit du vert, soit entre les jaunes (bruns clairs, ocres, dorés, orangés…) et les bleus !

Le style

Maintenant, restons dans le minimalisme. Pour créer une garde-robe minimaliste ou capsule wardrobe, il faut bien entendu rester cohérent dans ses choix de couleur et de style. Ainsi, nous avons un double effet kiss-cool :

  • Toutes les pièces pourront se marier entre elles (ou presque), ce qui est BIEN plus simple pour s’habiller le matin. Pas besoin de réfléchir des heures à ce qui va / ne va pas ensemble. Donc en deux phrases: TOUS les hauts doivent aller avec TOUS les bas; et TOUS les pulls/gilets/vestes/manteaux doivent aller sur TOUS les hauts.
  • La cohérence et la répétabilité obligeront les autres à vous associer à ces couleurs et ce style. Il est très connu (c.f. les milliers de pubs télévisées) que répéter 200 fois par jour l’image d’un produit entrainera la personne à aimer le produit et elle sera tentée de l’acheter. Donc s’habiller de manière cohérente dans les couleurs le style et les formes utilisées offriront à l’œil des autres une définition de votre style. En une phrase, CHAQUE piece doit véhiculer LE style que vous voulez projeter (c’est pas un habit -> un style).

Pour ce qui est du style, s’il est parfois intéressant de casser avec ses habitudes, ce n’est pas l’effet recherché dans une capsule wardrobe ou l’on remet les pièces souvent (à l’exception peut être d’une ou deux pieces pour des occasions). Ici, on préférera se baser sur ses propres goûts et ce qui nous va bien. Le mieux pour trouver son style, c’est de regarder avec l’œil d’aujourd’hui, ce qu’on a déjà acheté ces dernières années. Ça donne une bonne idée de ce qui nous plait (que l’on a beaucoup porté) ou ne nous plait pas tellement (les vêtements en excellent état qu’on trouve toujours une excuse pour ne pas mettre… allez je sais que vous en avez !)

N’oubliez pas la cohérence dans les pièces. Réfléchissez à vos traits de caractère: que voulez-vous mettre en avant? Que voulez-vous faire paraitre devant les inconnus?

  • Est-ce l’expression de la rigueur avec des habits classiques? Chemises à col classique, pantalons droits, blazer classique, pas d’imprimé extravagant, …
  • De la distance avec des habits austères? Col roulés, vêtements plutôt couvrants et sombres, plutôt près du corps?
  • Plutôt une image chaleureuse avec des pièces plus décontractées? Imprimés, couleurs chaudes, vêtements un peu moins près du corps, touches ethniques?
  • De la classe avec une touche de sophistication? Vêtements parfaitement coupés, liserets le long des cols ou boutons de couleur complémentaire à l’habit, plus de bijoux, maquillage plus prononcé, coiffures et/ou barbe à la coupe très nette ou travaillée?

Vous pouvez faire des tests de personnalité pour trouver ces traits de caractère, et choisir parmis votre sois-disant description ce que vous souhaitez montrer, si vraiment vous êtes perdu.e.s. Ou (je préfère cette option): montrez ce que vous voulez vraiment montrer. On ne vous a jamais dit que vous étiez particulièrement classe mais vous voulez véhiculer classe et sophistication, c’est dans ces styles que vous vous sentez en confiance? Alors GO!

Ensuite, il s’agit d’essayer. Laissez-vous conseiller par des proches par exemple, mais pas trop : c’est vous qui allez porter ce style donc c’est à vous d’aimer ou non ! Si tant est qu’on ne vous dise pas que ça vous va horriblement mal ou que c’est en total décalage avec votre caractère. Parfois on a tellement envie de changer, que l’on se rue vers un style qu’on ne pourra en réalité pas porter tous les jours… Les amis sont fait pour éviter ce genre de désastre 🙂

Exemple

Avec ceci, à vous de jouer ! Pour ma part, j’ai fait le diagnostic suivant :

Morphologie
  1. Je suis petite
  2. Ma morphologie est en X
  3. J’ai une poitrine de taille moyenne

Exit jupes et manteaux trop long, gilets longs qui vont me tasser. le mieux est de cintrer chemises et blazers, de porter les tops près du corps, et de ne pas enfermer ma poitrine avec un col trop haut.

Couleur !
  1. Mes yeux sont bleus et j’aimerais les mettre en valeur
  2. Ma peau est claire
  3. Mes cheveux sont châtain-clair.

Peu de contrastes pour moi, on va éviter les habits géométriques noirs et blancs (exemple : je préférerais une marinière bleue et blanche plutôt que noir et blanche :)). La couleur dominante de ma garde-robe sera le bleu, avec quelques pièces qui peuvent l’associer à d’autres couleurs pastel dans des tons proches. Le orange (ou éventuellement jaune) pourra être utilisé par petites touches. Les bijoux seront plutôt argentés. Le maquillage restera dans les tons complémentaires au bleu, avec éventuellement un trait de doré au raz de l’œil pour les faire ressortir !

Style

Je suis quelqu’un de créatif, artiste, j’adore les mathématiques et les casses têtes, je suis ingénieure, mais aussi sportive (avec parfois une rigueur quasi militaire).

Je veux renvoyer cette image de rigueur afin de véhiculer de la confiance en moi et mettre les gens en confiance. Cependant, je garderais toujours une touche de fantaisie pour que le côté créatif ne reste pas au placard.

C’est donc dans ce style que je choisirais les pièces de ma garde-robe !

Style

Comment l’appliquer à sa garde-robe?


Mentions Légales

CGU

Confidentialité

Contact

S’abonner

© Aurélie Bregeon

La couleur

On va démarrer avec un petit basique de cours d’art plastique de primaire, trop souvent oublié. La palette de couleurs se décompose en 3 couleurs primaires, le rouge, le jaune et le bleu, avec lesquelles on peut former toutes les autres couleurs. Si l’on ajoute du bleu et du jaune à part égales, on obtient un vert (couleur secondaire) ; avec du rouge et du jaune on obtient le orange et avec du rouge et du bleu, on obtient du violet. Si l’on ajoute les trois couleurs primaires à parts égales, on obtient du noir.

color palet
Color Palet

Note : Vous avez peut-être déjà pu voir / confondre avec la palette des filtres de la lumière qui quant à elle, contient le magenta, le cyan et le jaune : quand on enlève tout le jaune à la lumière blanche, on obtient le magenta, le cyan en enlevant le rouge et le jaune en enlevant le bleu. Ce n’est pas notre base pour aujourd’hui 🙂

Ceci m’amène à parler des couleurs complémentaires : la couleur complémentaire d’une primaire, est celle que l’on forme avec les deux autres couleurs primaires. Exemple : la complémentaire du bleu est le orange, la complémentaire du violet est le jaune.

Comme vous pouvez le voir sur mon magnifique dessin, ça fait un genre de cercle. On peut encore l’affiner en y ajoutant à l’infini entre chaque pâté, les mélanges des couleurs adjacentes. On l’appelle le cercle chromatique. Il y a plein d’exemples beaucoup plus jolis de cercles chromatiques sur le net 😜.

Voilà, avec ces bases, il faut savoir que :

  • Les couleurs qui découlent de la même primaire et sont assez proches les unes des autres dans le cercle chromatique se marient très bien ensemble et permettent de créer une harmonie.
  • Vous pouvez aussi jouer sur les contrastes, c’est-à-dire l’addition de plus ou moins de lumière (blanc). Ceci en général est à effectuer de la même manière qu’un autre contraste déjà présent naturellement quand on vous regarde (la couleur de la peau et la couleur des cheveux ; ou celui entre la couleur des yeux et la peau). Exemple : avec des yeux très noirs, des cheveux très noirs et une peau claire, on peut jouer sur un fort contraste vestimentaire. D’autre part, le gris estompe le contraste: un gris clair apporte de la lumière et un gris foncé en enlève.
  • Les complémentaires permettent, par touches, de faire ressortir un détail : par exemple, un nœud papillon orange sur un costume bleu rendra très chic. J’ai bien dit « par touches »: un pantalon de costume orange avec une veste bleue – soit autant d’une couleur que de sa complémentaire, rendra dégueu. C’est à proscrire.
Couleur
Credit: Pixabay

Comment savoir les couleurs qui me vont?


Mentions Légales

CGU

Confidentialité

Contact

S’abonner

© Aurélie Bregeon